Tomographie à cohérence optique

image_pdfimage_print

Prenons, ensemble, une longueur d’avance sur le glaucomeSpectralis HRA+OCT rendering 8-5-10 BW

Vouloir stopper la progression du glaucome, c’est s’engager auprès de l’Institut du glaucome contre la deuxième cause de cécité en France.

Actuellement, la détection et le suivi d’un patient atteint du glaucome s’effectue grâce à la tomographie à cohérence optique (OCT). Ces techniques continuent d’évoluer et la capacité de résolution des OCT permet d’analyser les fibres optiques de façon de plus en plus fiable. L’acquisition d’un appareil OCT de dernière génération (SD-OCT), d’un montant de 220 000 euros, permettrait à notre service d’ophtalmologie de traiter encore mieux les sujets atteints d’un glaucome, ainsi que tous les patients atteints de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA) – troisième cause de cécité en France – ou toutes autres maladies rétiniennes.

Mieux prévenir les cas de glaucome et les maladies rétiniennes

Plus le glaucome est détecté tôt, plus les risques de cécité sont réduits pour les personnes atteintes. Grâce au SDOCT, nos ophtalmologues pourront observer les détails de la rétine, y compris dans les cas de cataractes opaques et, détecter les premiers signes de dégénération du nerf optique. L’importance de l’imagerie est dès lors primordiale pour obtenir les premières informations dans la détection de lésions infimes. Les anciennes technologies (TD-OCT) apparaissent moins fiables dans le dépistage des patients,
dûes notamment aux variations anatomiques de chaque sujet.

Un meilleur suivi du patient tout au long de la vie

Le suivi régulier d’un patient porteur d’un glaucome s’avère extrêmement important. Le médecin se doit de connaitre l’évolution de la maladie de son patient pour lui apporter le traitement le plus adéquat et décider de l’opération la plus appropriée. Le nouvel appareil SD-OCT permet de répéter une coupe exactement au même endroit lors des différents examens d’un patient, et apporte ainsi la précision
nécessaire au suivi post-thérapeutique des différentes pathologies rétiniennes.

Permettre à plus de personnes d’être détectées et traitées rapidement

En 2014, l’Institut du glaucome a accueilli 1 080 patients.
L’acquisition de cet appareil permettrait, selon les estimations de l’équipe d’ophtalmologie, de prendre en charge et traiter près de 10% de patients supplémentaires, soit environ une centaine de sujets glaucomateux ou atteints de maladies rétiniennes.

coeur_personnage Vous souhaitez que l’hôpital poursuive la mission initiée par ses fondateurs ?
> FAITES UN DON en ligne

Dr Yves Lachkar : « Le glaucome est une  maladie du nerf optique et des fibres optiques. Avec cet appareil, nous allons pouvoir analyser, de façon extrêmement précise, le nerf optique dont on peut avoir accès au fond d’oeil contrairement aux autres maladies neurologiques. Nous pourrons ainsi mieux poser les indications diagnostiques et thérapeutiques de patients atteints d’un glaucome et suivre l’évolution de la maladie. Outre la prise en charge du glaucome, cet appareil peut être utilisé pour d’autres maladies de la rétine, notamment la dégénérescence maculaire liée à l’âge, la rétinopathie diabétique et d’autres maladies neuropathiques glaucomateuses ».

Prendre un rendez-vous en ligne E-paiement
Trouverun médecin