Dépistage des pathologies prostatiques lors de la journée européenne de la prostate

image_pdfimage_print

Dans le cadre de la journée européenne de la prostate, l’équipe du service de chirurgie urologique du Groupe hospitalier Paris Saint-Joseph (GHPSJ) se mobilise pour informer le grand public sur les pathologies de la prostate, notamment l’hypertrophie bénigne de la prostate (appelé aussi adénome de la prostate) et le cancer.

Au cours de cette journée seront présentés les différents traitements médicaux ainsi que les technologies chirurgicales mini invasives de pointe qui permettent une prise en charge moins douloureuse et sécurisée du patient : le laser, la cryothérapie, les ultra sons localisés et la chirurgie robotique.

Le service de chirurgie urologique du GHPSJ est n°1 pour le nombre d’opérations au laser de l’hypertrophie bénigne de la prostate (plus de 400 / an) et service de référence au niveau national pour les formations sur cette technique.

Au programme

– De 10h00 à 16h00 : consultations gratuites et sans rendez-vous avec un urologue pour dépister des maladies prostatiques éventuelles

– A 13h30 et à 15h30 : deux conférences d’information dans le hall de l’hôpital (durée : 30 mn avec questions de la salle) sur le thème « La prostate : sa fonction, ses pathologies et leurs traitements »

L’hypertrophie bénigne de la prostate concerne plus d’un homme sur 2 après 50 ans

Le Pr Baumert, chef du service urologique du GHPSJ, précise « c’est surtout l’hypertrophie bénigne de la prostate qui est la pathologie la plus courante, avec pour symptômes des besoins d’uriner fréquents, impérieux, accompagnés d’un jet faible, et des difficultés générales à uriner, … ». Ces symptômes peuvent s’aggraver avec le temps et provoquer des complications telles que des infections urinaires récidivantes, des rétentions d’urine, des calculs dans la vessie, et à un stade ultime, une insuffisance rénale. Des traitements médicaux et chirurgicaux permettent d’éviter ces complications.

Le cancer de la prostate est le plus fréquent chez l’homme : il touche un homme sur 8

Lorsqu’il est localisé à la prostate, le cancer n’entraîne pas de symptôme. C’est pourtant uniquement à ce stade qu’on peut le guérir.
Le dépistage individuel est recommandé, notamment pour les personnes à risque (antécédents familiaux, personnes d’origine africaine ou antillaise, etc).

Lire le communiqué

Publié dans Accueil, Presse, Presse 2018
Prendre un rendez-vous en ligne E-paiement
Trouverun médecin