COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.  
CONTACTEZ VOTRE MEDECIN REFERENT.
En savoir plus

Soutenez nos équipes, faites un don

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.  
CONTACTEZ VOTRE MEDECIN REFERENT.
En savoir plus

Soutenez nos équipes, faites un don

Présentation

Présentation2018-12-07T13:55:07+01:00
  • Une maladie de plus en plus fréquente
  • Une maladie sournoise dont les symptômes sont peu révélateurs
  • Une maladie sévère nécessitant une prise en charge rapide
  • Une maladie en espoir de progrès thérapeutiques

Diagnostiquer vite > Soigner bien > Innover

Le cancer du pancréas – adénocarcinome – est au 10ème rang des cancers les plus fréquents et garde un mauvais pronostic le plaçant au 5ème rang des causes de décès par cancer.

L’incidence du cancer du pancréas est en forte augmentation. Chez l’homme, le taux d’incidence annuel standardisé  – 100 000 homme-années – est passé de 4,9 cas à 9,5 cas entre 1980 et 2015 et chez la femme de 2,0 cas à 6,3 cas sur la même période.

Il s’agit d’un cancer agressif souvent d’emblée métastatique et provoquant rapidement une jaunisse, des douleurs et une altération importante de l’état général avec fatigue, amaigrissement et perte d’appétit. Il s’accompagne fréquemment de complications thromboemboliques, inflammatoires, métaboliques et immunologiques jouant un rôle important dans l’évolution des malades.

La survie des malades à 5 ans du diagnostic est très faible, 5 %,  mais peut être augmentée, 20%, s’il est possible d’enlever complètement la tumeur à un stade précoce.

L’espoir d’améliorer la survie des patients repose donc sur le diagnostic précoce pour améliorer le nombre de tumeurs opérables et sur les nouvelles thérapeutiques pour augmenter les chances de survie aux stades non opérables.

Go to Top