window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-64042979-1');

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.
Les consultations et les hospitalisations sont maintenues –En savoir plus

Centre de dépistage Covid : créneaux disponibles tous les jours. Rdv sur doctolib ou au 01 44 12 80 00

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.
Les consultations et les hospitalisations sont maintenues –En savoir plus

Centre de dépistage Covid : créneaux disponibles tous les jours. Rdv sur doctolib ou au 01 44 12 80 00

Pathologie artérielle

Pathologie artérielle2018-12-07T14:12:18+01:00

Celles-ci se divisent en deux grands groupes : la pathologie artérielle occlusive et la pathologie artérielle anévrysmale.

Pathologie occlusive

Les rétrécissements ou occlusions des artères sont liés à de nombreux facteurs de risques : Tabac, diabète, hypertension artérielle, âge… Les conséquences sont variables en fonction de l’artère touchée :

  • Accident vasculaire cérébrale dans le cadre de l’atteinte des carotides
  • Difficultés à la marche ou douleurs, lors de l’atteinte de l’aorte et des membres inférieurs
  • Dysfonctionnement d’organes ou douleurs abdominales lors de l’atteinte des artères digestives ou rénales.

L’ensemble de ces pathologies sont traitées dans le service, de la façon la moins invasive possible :

  • Chirurgie des carotides et des troncs supra-aortiques : la chirurgie carotidienne est réalisée sous anesthésie loco-régionale cervicale, afin de permettre une surveillance optimale du patient pendant la chirurgie. De plus, nous pratiquons les angioplasties percutanées (dilatation + stents) de la carotide interne dans le cadre des indications de la haute autorité en santé.
  • Les revascularisations des membres inférieurs qui sont constituées essentiellement par les angioplasties percutanées et les techniques directes peu invasives.
  • Les revascularisations rénales dont la majorité se fait par angioplastie percutanée. Certaines pathologies complexes de l’artère rénale sont traitées par reconstructions ex-situ et auto-transplantation du rein.
  • Les revascularisations digestives comprennent les angioplasties percutanées et les techniques chirurgicales directes.

Anévrysmes

Un anévrysme correspond à une dilatation d’une artère (aorte, artères fémorales, artères poplitées, carotides). Le risque principal pour les anévrysmes de l’aorte est la rupture, aboutissant à une hémorragie interne gravissime. Le but du traitement de cette pathologie est d’éviter cette complication, en excluant l’anévrysme. Ceci peut se faire de deux façons :

  • La chirurgie conventionnelle avec ouverture de l’abdomen et remplacement de l’aorte malade par une prothèse (pontage).
  • La chirurgie endovasculaire, avec implantation d’une endoprothèse (mettre images), introduite via les artères fémorales. Cette technique mini invasive, dont nous avons une grande expérience, permet de traiter l’anévrysme sans incision chirurgicale, tout en réduisant la durée d’hospitalisation. Si elle est réalisable, cette technique sera envisagée en première intention.

 

L’acquisition récente d’une salle hybride, combinant des outils et des techniques d’imagerie de dernière génération aux installations du bloc opératoire. Elle donne accès à un nouveau type de chirurgie dite hybride, permettant de traiter des pathologies vasculaires toujours plus complexes, mais de façon moins invasive. Rendant les interventions moins traumatiques, elle permet d’opérer des patients fragiles qui n’auraient pas pu être traités par les méthodes chirurgicales classiques.

L’une des innovations majeures de ce genre de technologie est la Fusion d’image. Cette technologie d’imagerie 3D permet de superposer les images pré opératoires du patient (par exemple un scanner réalisé dans le cadre du diagnostic) pendant la procédure hybride, et donc de diminuer l’irradiation mais également l’injection d’iode, nécessaire à la vision des vaisseaux, mais toxique pour les reins. Enfin, la qualité de l’imagerie permet de réduire la durée d’intervention, au bénéfice du patient.

Go to Top