window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-64042979-1');

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.
Les consultations et les hospitalisations sont maintenues –En savoir plus

Centre de dépistage Covid : créneaux disponibles tous les jours. Rdv sur doctolib ou au 01 44 12 80 00

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.
Les consultations et les hospitalisations sont maintenues –En savoir plus

Centre de dépistage Covid : créneaux disponibles tous les jours. Rdv sur doctolib ou au 01 44 12 80 00

Pathologie veineuse (Varices)

Pathologie veineuse (Varices)2018-12-07T14:12:41+01:00

L’insuffisance veineuse superficielle représente un véritable enjeu de santé publique, puisqu’elle touche environ 25% de la population. Ses symptômes sont variables mais peuvent devenir véritablement invalidants, altérant grandement la qualité de vie des patients atteints. Son origine principale est héréditaire, avec des facteurs favorisant comme la grossesse, la sédentarité, le surpoids et certains métiers à risque nécessitant une station verticale prolongée.

Les modalités de traitement sont nombreuses et reposent sur une étroite collaboration entre angiologues et chirurgiens. Les 10 dernières années ont été marquées par l’essor des techniques endo-veineuses. L’équipe possède une grande expertise dans ce domaine, réalisant environ 500 interventions de ce type par an, à l’aide de ces techniques mini-invasives en première intention.

Elles consistent à détruire la veine de l’intérieur par une sonde de laser ou de radiofréquence, sans pratiquer d’incision chirurgicale. Cette sonde est introduite grâce à une ponction de la veine réalisée sous échographie, permettant de traiter la veine sur toute sa longueur.

Un échomarquage est réalisé la veille de l’opération par le médecin vasculaire qui vous suit. L’intervention, qui dure entre 30 minutes et une heure se déroule en ambulatoire. Elle peut se réaliser sous anesthésie locale dans les cas simples, ou sous anesthésie générale dans les cas plus complexes. Les suites, grâce à cette technique, sont généralement moins douloureuses qu’avec la chirurgie conventionnelle. Elles permettent une reprise de la marche le jour même. Il vous sera prescrit à la sortie :

  • Un arrêt de travail dont la durée est variable selon votre pathologie (de 1 à 7 jours)
  • Le port de bas de contention uniquement la journée pendant 3 à 4 semaines
  • Une anticoagulation préventive (injections) pendant une durée de 5 jours, à domicile, afin d’éviter une phlébite post opératoire.

Il est classique de constater l’apparition de petits hématomes en post opératoire. Il est conseillé d’éviter la station debout prolongée ou le piétinement dans les suites immédiates, ainsi que les sources de chaleur importantes (sauna etc)

Go to Top