window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-64042979-1');

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.  
CONTACTEZ VOTRE MEDECIN REFERENT.
En savoir plus

Soutenez nos équipes, faites un don

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.  
CONTACTEZ VOTRE MEDECIN REFERENT.
En savoir plus

Soutenez nos équipes, faites un don
AOMI2019-01-28T09:30:02+01:00

L’Artériopathie Oblitérante des Membres Inférieurs (AOMI)

L’artériopathie oblitérante des membres inférieurs ou artérite est une manifestation de l’athérosclérose (dépôts de graisse sur la paroi des artères) qui se manifeste le plus souvent après 60 ans et surtout chez le patient tabagique et/ou diabétique.

Des rétrécissements (sténoses) des artères qui vascularisent les membres sont responsables d’une insuffisance d’apport en oxygène au niveau des tissus et des muscles des membres inférieurs, soit à l’effort responsable de douleurs à la marche (claudication intermittente), soit permanente.

Le diagnostic d’AOMI se fait en recherchant les pouls au niveau des trajets des artères et en mesurant la pression artérielle au niveau de la cheville grâce au Doppler.
Le stade des douleurs de repos et la présence de plaies nécessitent une prise en charge médicale rapide.
L’ischémie aiguë est une urgence chirurgicale. Elle est liée à une occlusion de l’artère avec arrêt total de la circulation sanguine dans le membre au-dessous de l’occlusion. Elle se manifeste par une douleur brutale, intense, avec perte de la motricité et de la sensibilité. Le membre est livide et froid.

La prise en charge de l’AOMI comporte :

  • le bilan de l’atteinte au niveau des membres inférieurs,
  • la recherche d’une atteinte des artères irriguant le cerveau (carotides) et le cœur (artères coronaires),
  • le contrôle des facteurs de risque cardiovasculaire : arrêt du tabagisme, exercice physique régulier, régime alimentaire adapté, traitement de l’hypercholestérolémie,
  • la prise d’un médicament pour prévenir le risque d’occlusion de l’artère et d’un protecteur vasculaire,
  • la dilatation ou pontage pour améliorer la circulation si nécessaire et après discussion entre spécialistes.

 

Go to Top