window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-64042979-1');

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.  
CONTACTEZ VOTRE MEDECIN REFERENT.
En savoir plus

Soutenez nos équipes, faites un don

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.  
CONTACTEZ VOTRE MEDECIN REFERENT.
En savoir plus

Soutenez nos équipes, faites un don

Thrombose veineuse ou phlébite

Thrombose veineuse ou phlébite2018-12-07T14:35:20+01:00

Liée à la formation d’un caillot (thrombus) dans une veine profonde (de la jambe le plus souvent)

Elle se traduit par un œdème douloureux. Les veines superficielles peuvent aussi être le siège de caillot, se manifestant par un cordon induré, rouge et douloureux. La phlébite superficielle peut se compliquer par une extension à une veine profonde.

Le diagnostic doit être confirmé aussi rapidement que possible :

  • dosage des D-dimères par une simple prise de sang ; s’ils sont négatifs, le diagnostic de phlébite peut être éliminé
  • réalisation d’un écho-Doppler à la recherche du caillot dans la veine

En fonction de la probabilité de l’existence d’une embolie pulmonaire associée, un angioscanner des vaisseaux pulmonaires recherchera directement les caillots dans les artères pulmonaires ou une scintigraphie (inhalation d’un produit radioactif avec photos par une caméra spéciale) recherchera un trouble de l’irrigation du poumon (défect de perfusion).
Comme pour la phlébite, le dosage des D-dimères permet d’éliminer une embolie pulmonaire si le taux est négatif.
Un bilan à la recherche d’une cause ayant pu favoriser la thrombose sera réalisé en fonction du contexte de survenue.

Le traitement repose sur les anticoagulants à débuter dès la suspicion diagnostique, en l’absence de contre-indications. Le traitement débute avec des injections d’héparine. Le relais est pris si possible dès le premier jour pas des comprimés d’anticoagulants (anti-vitamines K). Le traitement durera plusieurs semaines mais pourra varier d’un patient à l’autre. Le traitement anticoagulant nécessite une surveillance biologique régulière par l’INR.

Go to Top