Thrombophlébite cérébrale

Thrombophlébite cérébrale2018-12-07T14:44:37+01:00

La thrombophlébite cérébrale correspond à l’obstruction d’une veine autour du cerveau par un caillot.

Cette occlusion s’installe le plus souvent de façon progressive avec parfois peu de symptômes initialement. Après quelques jours, des céphalées permanentes s’installent et s’aggravent progressivement, puis d’autres signes peuvent s’associer comme des vomissements ou des crises d’épilepsies. La cause la plus fréquente est un foyer infectieux non traité des régions ORL ou une maladie du sang favorisant la formation spontanée de caillots (thrombophilie), mais beaucoup de problèmes de santé peuvent en réalité favoriser la survenue d’une thrombophlébite cérébrale, tels qu’une déshydratation, un traumatisme crânien, une fièvre prolongée, etc…

Le diagnostic de thrombophlébite cérébrale peut être suspecté sur un scanner cérébral mais l’examen-clef est l’IRM cérébrale avec et sans injection de produit de contraste, qui permet la mise en évidence à la fois de la veine occluse et des conséquences de cette occlusion sur les régions cérébrales.

Une fois le diagnostic posé, le pronostic est généralement favorable car les symptômes de la thrombophlébite cérébrale s’améliorent assez rapidement sous traitement par anticoagulants à fortes doses. Les médecins s’appliqueront par ailleurs à éradiquer la cause sous-jacente.

Il ne faut pas confondre la thrombophlébite cérébrale avec l’occlusion d’une artère cérébrale, laquelle apporte le sang sous haute pression au cerveau alors que la veine permet le retour du sang à basse pression vers le cœur après l’oxygénation de l’encéphale. L’occlusion d’une artère est responsable d’un infarctus cérébral ou, si elle ne dure que quelques minutes, d’un accident ischémique transitoire, avec une installation beaucoup plus brutale des signes cliniques.

Exemple d’occlusion d’une veine cérébrale

Go to Top