HPSJ-triangular-shape-to-transparent

La lithiase urinaire est une maladie fréquente se développant le plus souvent dans le haut appareil urinaire (cavités rénales, uretères).

Les calculs les plus fréquents sont de type oxalo-calciques (70%). Ils peuvent aussi être de type acide urique (10%), notamment chez les personnes ayant une surcharge pondérale, un diabète.

La lithiase urinaire se manifeste le plus fréquemment par une colique néphrétique, c’est-à-dire une douleur brutale liée à la mise en tension des cavités rénales en amont d’un calcul.

calculs

Le traitement de la colique néphrétique simple est réalisé en ambulatoire sans nécessité d’hospitalisation. Les anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) représentent le traitement de référence. La colique néphrétique compliquée est en revanche prise en charge au cours d’une hospitalisation, avec la nécessité de drainer les voies urinaires par une sonde double J au bloc opératoire.

Le traitement chirurgical des calculs, à distance de la colique néphrétique, peut être nécessaire dans certaines situations.

L’urétéroscopie consiste en l’introduction d’un urétéroscope, souple ou rigide selon la localisation du calcul, par les voies naturelles (par l’urètre). Le calcul est alors visualisé, fragmenté au laser, puis récupéré pour l’analyse spectrophotométrique, permettant ainsi d’en connaître précisément la composition. Cette intervention est réalisée en ambulatoire et permet la sortie du patient le jour même dans la grande majorité des cas.

Dans certains cas, une alternative endoscopique percutanée (à travers la paroi lombaire) est nécessaire : néphrolithotomie percutanée. Cette intervention est réalisée pour le traitement des volumineux calculs du rein (> 2 cm), des calculs coralliformes ou complexes, au cours d’une hospitalisation conventionnelle.
La maladie lithiasique urinaire est volontiers récidivante car sous-tendue par des facteurs métaboliques qu’il convient de prévenir. La réalisation d’un bilan biologique et d’une analyse (SPIR) des calculs expulsés ou extraits chirurgicalement est nécessaire, à distance (6 semaines) de toute manifestation symptomatique de la maladie ou intervention chirurgicale. Ce bilan peut aboutir à des mesures hygiéno diététiques générales ou plus rarement au traitement d’une cause spécifique.

Fiches d’information AFU

decor 2
@2022 Hôpital Paris Saint‑Joseph | Conception : https://givememore.fr
Aller au contenu principal