window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-64042979-1');

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.
Les consultations et les hospitalisations sont maintenues –En savoir plus

Centre de dépistage Covid : créneaux disponibles tous les jours. Rdv sur doctolib ou au 01 44 12 80 00

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.
Les consultations et les hospitalisations sont maintenues –En savoir plus

Centre de dépistage Covid : créneaux disponibles tous les jours. Rdv sur doctolib ou au 01 44 12 80 00

Cancers de vessie

Cancers de vessie2020-07-30T08:45:01+02:00

Le cancer de vessie et le deuxième cancer urologique le plus fréquent après celui de la prostate. L’intoxication tabagique en est le principal facteur de risque et augmente sa fréquence. Le symptôme révélateur principal est la présence de sang dans les urines (hématurie), les impériosités mictionnelles étant un autre mode de révélation.

Des examens sont nécessaires afin de mettre en évidence la tumeur et compléter le bilan : une fibroscopie de vessie (introduction d’une caméra par les voies naturelles), une cytologie urinaire pour la recherche de cellules tumorales suspectes dans les urines et un scanner pour l’exploration de l’appareil urinaire.

La confirmation du diagnostic est anatomopathologique, après résection de la tumeur par les voies naturelles sous anesthésie générale. On distingue les cancers de vessie superficiels (TVNIM) et les cancers infiltrant la musculeuse, appelés TVIM, car leur prise en charge est différente.

Traitement : le cancer de vessie non infiltrant la musculeuse (TVNIM) est traité par résection transurétrale de vessie et peut être complétée par instillations dans la vessie d’immunothérapie ( BCG) ou de chimiothérapie (mitomycine C), afin de réduire le risque de récidive et de progression de la tumeur.

En revanche, lorsque le cancer de vessie infiltre le muscle (TVIM), l’ablation de la vessie (cystectomie) doit être réalisée, geste chirurgical complexe s’intégrant dans un parcours de soins optimisé (Récupération Améliorée Après Chirurgie RAAC). Une dérivation de l’appareil urinaire doit alors être effectuée soit vers la peau (stomie urinaire), soit en réalisant un nouveau réservoir urinaire à partir du tube digestif (entérocystoplastie).

Le service d’urologie de l’hôpital Saint-Joseph dispose d’un matériel moderne permettant d’améliorer le diagnostic du cancer de vessie : fibroscope numérique, détection par fluorescence. Les fibroscopies sont réalisées en consultation externe dans un local dédié avec une équipe médicale et paramédicale spécialisées. Des consultations avec des infirmières dédiées sont organisées pour les instillations de vessie. Un parcours de soin spécifique global est mis en place afin d’accompagner le patient justifiant d’une cystectomie (infirmière stomathérapeute, gériatre, nutritionniste, kiné…)

Liens utiles

Go to Top