window.dataLayer = window.dataLayer || []; function gtag(){dataLayer.push(arguments);} gtag('js', new Date()); gtag('config', 'UA-64042979-1');

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.
Les consultations et les hospitalisations sont maintenues –En savoir plus

Centre de dépistage Covid : créneaux disponibles tous les jours. Rdv sur doctolib ou au 01 44 12 80 00

COVID OU PAS, NE RENONCEZ PAS A VOS SOINS.
Les consultations et les hospitalisations sont maintenues –En savoir plus

Centre de dépistage Covid : créneaux disponibles tous les jours. Rdv sur doctolib ou au 01 44 12 80 00

Troubles urinaires de l’homme

Troubles urinaires de l’homme2021-02-12T14:33:38+01:00

La prostate est une glande située immédiatement sous la vessie et traversée par l’urètre, dont le rôle est la production du liquide séminal. Chez 80% des hommes après 60 ans, un adénome, (tumeur toujours bénigne) se développe en son sein provoquant des troubles du fonctionnement vésico prostatique (stockage et vidange de l’urine), par contrainte mécanique et fonctionnelle, définissant l’hypertrophie bénigne de prostate.

Des symptômes urinaires peuvent alors apparaître: diminution de la force du jet, allongement du temps de miction, nécessité de poussées abdominales, apparition de gouttes retardataires voire des fuites d’urine, sensation de vidange incomplète, augmentation du nombre de mictions la nuit, urgences et impériosités mictionnelles.
Ces symptômes peuvent avoir un retentissement social dont l’évaluation est fondamentale.
Le développement de l’adénome peut également avoir des conséquences plus silencieuses et mener à des complications : rétention aiguë d’urine, altération de la paroi vésicale, insuffisance rénale, calculs de vessie, infection.

Le diagnostic de l’hypertrophie bénigne de la prostate repose sur un interrogatoire précis, conforté par un auto-questionnaire IPSS, un examen clinique comportant le toucher rectal et une débitmétrie (examen consistant à uriner dans un appareil, mesurant le volume uriné en fonction du temps).

Des examens complémentaires peuvent être nécessaires (dosage sanguin du PSA, échographie des voies urinaires) afin de préciser le diagnostic, d’évaluer les conséquences fonctionnelles et organiques de la maladie.

Le traitement de l’hypertrophie de la prostate en première intention est souvent médical (alpha-bloquants, inhibiteurs de la 5-alpha réductase et phytothérapie).

En cas d’échec du traitement médical ou de survenue de complication, le traitement chirurgical est indiqué. Son principe est la désobstruction sous vésicale par l’ablation de l’adénome, laissant la prostate en place. Ces interventions chirurgicales sont réalisées, par voie endoscopique (uréthrale). Plusieurs options techniques sont disponibles, détaillées par le chirurgien une fois l’indication posée.

L’Énucléation de Prostate Laser : EPL, ou HoLEP (Holmium LASER Enucleation of the Prostate) permet dans cette indication de traiter grâce à une fibre laser introduite dans un endoscope, tous les volumes d’adénome, par voie naturelle, en limitant les risques de saignement post opératoires, et en diminuant la durée d’hospitalisation.

Fiche d’information AFU

Go to Top